Choisy-le-Roi et les corbillards

page 108 dans le Guide

Si l’on vous dit : « prenons le corbillard pour aller au culte »… ? Auriez-vous envie d’y aller ?

La navette entre Corbeil et Paris s’appelait le « corbeillard », puis, avec le temps « corbillard ». C’était un bateau à fond plat qui transportait des matériaux de construction ou des vivres entre ces deux villes. Les protestants profitaient de cette navette pour se rendre au temple.

Pendant la peste, le corbillard servira à transporter les morts et le terme restera pour désigner des véhicules funéraires. Malgré son nom morbide, cette embarcation n’était pas plus dangereuse que les petites. En 1603, Jean de Gau de Frégeville s’est noyé en se rendant au culte. Selon les témoins, il aurait fait une partie du voyage depuis Paris dans le corbillard. Nul ne sait pourquoi il a quitté la navette à Choisy pour finir le voyage dans une petite embarcation. Son corps a été retrouvé par les habitants de Choisy, qui ont refusé d’enterrer « cet hérétique » sur leurs terres. Il a été donc emmené pour être enterré à Ablon.


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 22 octobre 2013
par  Carol LARREY

Choisy-le-Roi et les corbillards

page 108 dans le Guide
Si l’on vous dit : « prenons le corbillard pour aller au culte »… ? Auriez-vous envie d’y aller ?
La navette entre Corbeil et Paris s’appelait le « corbeillard », puis, avec le temps « corbillard ». C’était un bateau à fond plat qui transportait des matériaux de construction ou des (...)

Annonces

Acheter les livres

Le livre « Ces lieux qui parlent » est disponible en français.


Choisissez la langue voulue, français ou anglais, puis cliquez sur « ajouter au panier ». Vous aurez alors le choix de payer soit par compte Paypal, soit par carte bancaire.

Choose in which language you want your book, then click on « ajouter au panier ». You will then be given the choice to pay with your Paypal account or bank card.

Prix : 19€ + port

Langue / Language



Contacter Carol Larrey en cliquant ci-dessous sur le bouton de contact.
Click here to contact Carol Larrey.